L'andrène bicolore

L'andrène bicolore compte parmi les abeilles sauvages les plus connues des parcs et jardin, ainsi que des milieux agricoles, forestier et semi-naturels. C'est une espèce ubiquiste très largement distribuée en Europe et dans le Caucase, et on la trouve même en Chine. Elle est relativement commune dans toute son aire de distribution géographique, et c’est une abeille sauvage qui se porte plutôt bien! L’andrène bicolore est présente dans une large gamme d’habitats, et peut s’observer même pendant les journées encore fraîches de la fin de l’hiver et du début du printemps. C’est une excellente pollinisatrice pour les plantes à floraison précoce. En Espagne, une espèce de narcisse, Narcissus longispathus, étend même essentiellement de cette andrène pour sa reproduction sexuée, et donc pour sa survie. 

Andrène bicolore

Description 

Comme son nom l’indique, cette abeille présente une pilosité bicolore qui rappelle celle de l’andrène Clarke. Le thorax des femelles, et, plus discrètement, les premiers segments de l’abdomen, sont recouverts de poils roux hirsutes. Les pattes postérieures sont garnies de poils blond doré, et leur cuticule est noire. Les mâles de l’andrène bicolore sont très élancés et apparaissent une semaine ou deux avant les femelles. Ils présentent, en particulier chez la génération printanière, une pilosité noire très dense sur la tête, les côtés du thorax et les fémurs.

 

Biologie et écologie

Comme toutes les andrènes, cette espèce fait son nid dans les sols meubles. La femelle creuse une galerie principale de 10cm de long environ et y aménage jusqu’à une dizaine de cellules dans lesquelles se développe la nouvelle génération, à raison d’une larve par cellule. Les nids sont généralement isolés ; on observe rarement la formation de bourgades. L’andrène bicolore produit deux générations par an, la première de mars à mai, la seconde de juin à juillet.

Plantes visitées

L’andrène bicolore (en particulier les individus de la première génération) visite une grande diversité de plantes à fleurs sauvages et cultivées. On peut ainsi la rencontrer sur la plupart des rosaces printanières, sur les pissenlits et d’autres astéracées, ou encore sur des brassicacées. La génération estivale semble être plus intimement lié aux campanules, même si les femelles récoltent du pollen aussi sur ‘autres plantes. Les mâles sont des pollinisateurs de certaines orchidées, comme l’ophrys de Marseille (Ophrys massiliensis) et l’ophrys des lupercales (ophrys lupercalis).

paiements_securises Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
livraison_express Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
customer_service Service client
À vos côtés 7j / 7 !
satisfait_rembourse Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,