Les chauves-souris: ces stars du micro

Détecter les chauves-souris et enregistrer leurs cris pour tenter ensuite de les identifier est une affaire de passionnés. Nous avons interviewé un d’entre eux.

Le premier contact de Thibaud Dandoit avec le monde des chauves-souris est d’origine professionnelle. Spécialiste des études environnementales, il reçoit il y a une dizaine d’années une demande liée à un projet éolien.

 

“C’était il y a 8 ou 10 ans, si je me souviens bien. La mission consistait à aller enregistrer des chauves-souris, la nuit, et à faire analyser ces enregistrements par un expert. Comme je suis de nature curieuse, j’ai voulu en savoir plus. Je suis entré dans un groupe de travail de Natagora sur le recensement des chauves-souris.”

 

WG306_Bat_Castle_Grey_High_Res

Une empreinte sonore unique

“La plupart des gens savent aujourd’hui que les chauves-souris se repèrent et détectent leurs proies par un système d’écholocalisation à ultrasons. Mais ce qu’on sait moins, c’est que chaque espèce a un cri caractéristique.

 

En transposant les enregistrements sous forme graphique, vous obtenez des monogrammes — des graphiques avec le temps sur l’axe horizontal et la fréquence en ordonnée.

 

La forme de ces monogrammes est différente pour chaque espèce. Un spécialiste peut ainsi identifier les espèces présentes sur un site en analysant ces monogrammes. Cela dit, c’est une technique qui prend du temps à maîtriser: il faut en général une dizaine d’années d’apprentissage.”

Les éoliennes, ces ennemies des chauves-souris

Si cette activité a démarré comme un hobby, elle occupe aujourd’hui deux tiers du temps de travail de Thibaud Dandoit au sein de son bureau d’études.

 

“Les chauves-souris sont hélas très sensibles aux éoliennes: d’une part, elles se heurtent à leurs pales. De l’autre, et c’est à peu près la seule espèce animale qui a ce problème, les chauves-souris sont très sensibles à la pression de l’air. La dépression à l’arrière des pales en mouvement cause chez elles un barotraumatisme qui leur est fatal.

 

Pour éviter ce problème, les éoliennes doivent être bridées selon des paramètres qui dépendent des espèces. D’où l’intérêt de ces études. Vous avez peut-être déjà vu ces mâts rouge et blanc implantés dans certains champs. Ce sont des mâts de mesure qui servent aux études préalables à l’implantation d’éoliennes. On y place des micros à chauve-souris afin de repérer s’il y a des espèces qui se déplacent à hauteur des pales.”

Hautement spécialisées

Les chauves-souris sont en effet hautement spécialisées.

 

“Chaque espèce chasse des insectes nocturnes différents, ce qui en fait d’excellentes bio-indicatrices”, détaille Thibaud Dandoit.

2

“Leur présence sur un site nous donne des indications précieuses sur les insectes qui y vivent. Il y a des chauves-souris dans tous les milieux: vous avez des espèces plutôt terrestres, d’autres qui volent assez haut, et d’autres encore qui chassent au-dessus des plans d’eau. Certaines sont même spécialisées dans la chasse aux insectes aquatiques qui remontent à la surface pour se nourrir.

 

Elles volent en permanence à une petite vingtaine de centimètres de l’eau. Si vous vous promenez la nuit au bord d’un plan d’eau et que vous braquez une torche puissante au-dessus de l’eau, vous pourrez observer des dizaines de chauves-souris en vol.”

 

Spécialisées aussi bien dans le type d’insectes dont elles se nourrissent que dans les cavités qu’elles choisissent pour passer la journée, les chauves-souris sont particulièrement sensibles aux changements qui affectent leur environnement.

 

“Certaines sont même dépendantes de l’homme, car elles nichent dans certains types de bâtis: combles d’églises ou de châteaux, anciennes glacières, mines désaffectées, etc.”

3b

Des citadines discrètes

Pour étudier la population de chauve-souris d’un site, les passionnés — ou les spécialistes des études environnementales — y dissimulent des enregistreurs équipés de cartes mémoires.

 

Évidemment, si vous êtes un adepte des promenades nocturnes, vous pouvez aussi vous promener avec un simple enregistreur passif hétérodyne : ces enregistreurs transforment les ultrasons émis par les chauves-souris pour les rendre audibles. Vous pouvez ainsi “entendre” leurs cris en vous promenant.

 

Entre parenthèses, les chauves-souris ne vivent pas qu’à la campagne, vous en trouverez aussi en ville. Avec parfois de curieuses surprises: “il existe une espèce de chauve-souris très répandue en Europe, mais absolument introuvable en Belgique, à part à un seul endroit: les étangs du Rouge-Cloître, à Bruxelles.

 

Vous avez donc des groupes de passionnés qui font le tour des étangs de Bruxelles la nuit pour voir si par hasard cette espèce serait aussi présente à d’autres endroits de la capitale.”

 

portrairt

COORDONNEES THIBAUT DANDOIT

Thibaut DANDOIT

Fauna/Flora/Habitat Expert

 

Tél : + 32 479 50 57 18

 

Profil LinkedIn : Thibaud Dandoit

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
paiements_securises Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
livraison_express Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
customer_service Service client
À vos côtés 7j / 7 !
satisfait_rembourse Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,