Le Panurge éperonné

Aux portes de l’été, vers la mi-juin, de nombreuses petites astéracées jaunes entrent en période de floraison, un moment qui coïncide avec l’émergence du Panurge éperonné, une petite abeille noire à la tête très large. Ses antennes, en forme de petite matraque, sont très courte est teintée de brin orange, principalement sur leur face inférieure. Cette espèce est relativement exigeant d’un point de vue écologique, préférant, à l’instar du dysapode hirsutes, les sols meubles, le plus souvent sableux. En ville, on peut néanmoins observer les Panurge en train de creuser leur nid dans le joint sableux entre les dalles des anciens trottoirs ou le long des chemins. Ces abeilles peuvent être localement abondante dans les régions méridionale et ne sont pas menacés en Europe.

panurge-éperonné-maunakea

Description 

 

Chez ce Panurge, le corps des mâles et des femelles est totalement noir, lisse, aux reflets brillants et couvert çà et là de poils hirsutes noirs. Les femelles présentent une brosse de récolte de pollen brun pâle à gris relativement développée sur leurs pattes postérieures, ce qui leur permet d’amasser de très grandes quantités de pollen. Les mâles sont caractérisés par des mandibules très larges, avec lesquels ils saisissent les femelles pendant l’accouplement. Ils sont par ailleurs dotés d’un éperon sur la face interne des fémurs postérieurs, d’où le nom commun de cette espèce.

 

Biologie et écologie 

 

Comme les andrènes, cette espèce fait son nid dans les sols meubles. Les femelles creusent ou élargissent une galerie d’une vingtaine de centimètres de long. Les galeries présentent deux entrées, dont l’une est marquée d’un monticule de déblai. Il n’est pas rare d’observer des bourgades dans les sols de loess et de sable plus ou moins plats, souvent sur les chemins et leurs abords. Souvent, plusieurs femelles partagent une galerie principale : ce sont des abeilles dites « sociales primitives »  le retour au nid commun des femelles chargées d’un imposant volume de pollen jaune vif, est un spectacle surprenant, et leur trafic aérien peut rappeler celui d’un mini-aéroport !

Plantes visitées 

 

Le Panurge éperonné collecte on pollen exclusivement sur les fleurs d’astéracées jaunes de la sous-famille des cichorioidés (espèce proche de la chicorée), comme le picride fausse épervière (picris hieracoides) et le liondent d’automne. Les mâles paient souvent la nuit au coeur des fleurs visitées par les femelles. On peut ainsi les observer endormis, lovés dans les fleurs, aux petites heures du matin pendant des périodes d’intempéries. Les fleurs des plantes hôtes sont aussi des lieux de rendez-vous où se déroulent les accouplements.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les andrènes, leurs particularités et comment les repérer, nous vous invitons à vous tourner vers le livre « Abeilles sauvages » écrit par Nicolas Vereecken et Bernhard Jacobi.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
paiements_securises Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
livraison_express Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
customer_service Service client
À vos côtés 7j / 7 !
satisfait_rembourse Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,