La crocise rameuse

Les crocises sont des abeilles-coucous qui affectionnent plutôt les régions chaudes et que l’on rencontre donc plus régulièrement dans les milieux méditerranéens. La seule espèce dont la distribution géographique atteint le 50e parallèle en Europe est Thyreus Orbatus, l’abeille-coucou de l’anthophore à quatre taches. L’état de conservation des crocises pose question, puisque l’on manque de données biogéographiques pour la majorité des espèces de nos régions, ce qui constitue un obstacle à l’évaluation de l’évolution de leurs populations. La crocise rameuse fait partie des exceptions : elle est en effet observée plus fréquemment que les autres crocises, notamment en raison du caractère commun de son hôte, dont elle partage les habitats et les ressources florales. 

crocise-rameuse-abeille

Description 

La crocise rameuse est une abeille noire, trapue, peu velue, et donc les ailes sont le plus souvent très sombres. Les crocises comme Thyreus orbatus et Thyreus ramosus sont très semblables et leur identification sans examen microscopique est souvent hasardeuse. Elles partagent toutes une courte pilosité blanc neige, qui forme des dessins assez stéréotypés sur le thorax et les côtés de l’abdomen. Leur dimorphisme sexuel est très peu marqué, et si la plupart des espèces de nos régions présentent une pilosité blanche, certaines espèces, notamment en Afrique et en Asie, sont dotées de poils dont la couleur tend vers le bleu azur. 

 

Biologie et écologie 

Les crocises parasitent des abeilles sauvages solitaires qui font leur nid dans les sols meubles. La crocise rameuse ne possédant pas de nid, elle trouve refuge dans la végétation, sous une écorce ou sous une pierre. Une fois à proximité du nid de son abeille hôte, l’abeille-coucou attend que celle-ci quitte les lieux pour s’y infiltrer et déposer ses oeufs sur les réserves nutritives accumulées par l’hôte. On peut parfois observer les mâles et les femelles des crocises endormies en fin de journée ou au petit matin, accrochées à la végétation par la seule force de leurs mandibules.

Plantes visitées 

La crocise rameuse visite une grande diversité de plantes. Du fait de leur mode de vie parasitaire, les crocises ne récoltent jamais activement de pollen sur les fleurs et dépendent d’abeilles sauvages récolteuses. Elles visitent les plantes nectarifères à corolle ou légèrement profonde, où elles font le plein d’énergie.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les andrènes, leurs particularités et comment les repérer, nous vous invitons à vous tourner vers le livre « Abeilles sauvages » écrit par Nicolas Vereecken et Bernhard Jacobi.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
paiements_securises Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
livraison_express Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
customer_service Service client
À vos côtés 7j / 7 !
satisfait_rembourse Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,