L’anthophore à pattes plumeuses

Les dernières semaines de l’hiver et les premiers beaux jours du printemps voient l’émergence d’une abeille sauvage plutôt trapue qui fréquente volontiers les parcs et les jardins : l’anthophore à pattes plumeuses. Mâles et femelles de cette abeille solitaire se lancent régulièrement dans des ballets aériens et autres courses-poursuites accompagnés de vibrations aiguës nettement perceptibles. Les mâles sont territoriaux et ont tendance à voler en suivant des parcours définis à la recherche des femelles, autour des zones fleuries. Leurs vols incessants sont très vifs et contrastent avec ceux des bourdons qui visitent les mêmes fleurs. L’anthophore à pattes plumeuses est très commune en Europe et en Afrique du Nord ; on la trouve jusqu’en Amérique du Nord et en Asie (à l’exception de la Chine). 

anthophore à pattes plumeuses

Description 

Les anthophores sont proches des bourdons, dont elles partagent la grande taille, sauf exception, et la pilosité hirsute, dense et abondante. Les mâles apparaissent une semaine ou deux avant les femelles et sont faciles à reconnaître : ils possèdent un éventail de très longs poils sur les pattes médianes. Ces dernières sont bien plus allongées que chez les autres abeilles sauvages. La pilosité du corps des mâles est gris pâle et brun, alors que celle des femelles est plus variable, allant du marron au noir. Les brosses à pollen sont d’un blond roussâtre caractéristique. 

 

Biologie et écologie 

Les éventails de poils des pattes médianes chez les mâles semblent être impliqués dans la reconnaissance sexuelle avant l’accouplement. Les femelles creusent leurs galeries de préférence dans les parois verticales de talus sur sol argileux ou sablonneux. Les galeries principales, courtes, sont d’abord horizontales, puis courbées vers le bas, et aboutissent à des galeries secondaires qui accueillent quelques cellules larvaires. La surface intérieure des cellules est lissée par la femelle, qui les remplit ensuite de pollen, puis de nectar. Dans chaque cellule, la femelle pond un oeuf, qui flotte sur les ressources alimentaires à la texture liquide, avant de fermer la cellule avec un couvercle fait d’argile. 

Plantes visitées 

L’anthophore à pattes plumeuses visite une grande diversité de plantes dans de nombreux habitats, notamment dans les milieux agricoles, ainsi qu’au coeur des villes. Les femelles récoltent du pollen de préférence sur des fleurs des pulmonaires en tout début de printemps, des lamiers tachetés, des muscaris, des primevères et des consoudes, ou encore sur celles des arbres fruitiers, comme les cerisiers, les pommiers et les pruniers. Cette abeille sauvage joue un rôle important dans la pollinisation des plantes à fleurs sauvages et de certaines plantes cultivées en Europe.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les andrènes, leurs particularités et comment les repérer, nous vous invitons à vous tourner vers le livre « Abeilles sauvages » écrit par Nicolas Vereecken et Bernhard Jacobi.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
paiements_securises Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
livraison_express Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
customer_service Service client
À vos côtés 7j / 7 !
satisfait_rembourse Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,