L'andrène noire-bronze

Si la plupart des abeilles sauvages ont une urée de vie relativement courte au stade adulte, ce n’est pas le cas de l’andrène noire-bronze. Cette espèce est très commune en Europe et dans les pays méditerranéens, mais elle est menacée d’extinction dans certains pays, notamment en Irlande. Elle apparait dès les premiers jours du printemps et peut s’observer jusqu’au début de l’été. L’andrène noire-bronze s’installe dans une grande diversité d’habitats, et peut-être localement très abondante dans certains jardins ou cimetières. Une étude de 2014 a démontré que sous l’effet du réchauffement climatique, cette andrène émerge plus tôt dan l’année qu’il y a un peu plus d’un siècle. Ce phénomène touche vraisemblablement d’autres espèces d’abeilles sauvages également, mais il est encore relativement peu étudié. 

andrène-noire-bronze

 

Description

 

L’andrène-bronze présente un gabarit semblable à celui de l’abeille domestique (Amis mellifera). Chez les femelles, le thorax est recouvert d’une pilosité brune assez dense, plus claire et éparse sur les premiers segments de l’abdomen, à l’extrémité duquel on distingue une frange de poils noirs. Les pattes postérieures des femelles sont couvertes de poils orangés, et leur tarses sont uniformément noirs. Plus discrets et plus difficiles à reconnaître, les mâles de l’andrène noire-bronze ont une pilosité brune et leur tête présente un mélange de poils bruns (au centre) et noirs (le long de la marge intérieure des yeux). 

 

Biologie et écologie 

 

Comme toutes les andrènes, cette espèce fait son nid dans les sols meubles. Il n’est pas rare d’observer des rassemblements de nos dans les parcs et jardins. Dans nos régions, elle ne produit qu’une génération par an, tandis que dans les zones plus méridionales d’Europe, elle peut en produire deux, voire trois. Au cours de la période de reproductions, les mâles établissent des « circuits de vol » dans leur environnement, notamment le long des haies ou des arbustes. Ils peuvent occasionnellement se rassembler en dortoirs pour passer la nuit dans la végétation.

 

Plantes visitées 

 

L’andrène noire-bronze visite une grande diversité de plantes à fleurs sauvages et cultivées. On l’observe notamment sur les pissenlits, les rosacées sauvages (prunelliers, aubépines…) et cultivées (pommiers, poiriers…). Les mâles sont les seuls pollinisateurs de certaines orchidées, comme l’ophrys araignée (Ophrys aranifera, synonyme d’Ophrys sphegodes) et l’ophrys des lupercales (Ophrys lupercalis).

Si vous souhaitez en savoir plus sur les andrènes, leurs particularités et comment les repérer, nous vous invitons à vous tourner vers le livre « Abeilles sauvages » écrit par Nicolas Vereecken et Bernhard Jacobi. 

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
paiements_securises Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
livraison_express Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
customer_service Service client
À vos côtés 7j / 7 !
satisfait_rembourse Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,