L’andrène de la bryone

Si les cucurbitacées (courge, courgettes, cornichons…)sont majoritairement originaires de pays au climat tropical ou subtropical, il existe dans nos régions tempérées une petite cucurbitacée grimpante aux fleurs discrètes et aux fruits rouge vif, la bryone dioïque (Bryonia dioica). Celle-ci est visitée par plusieurs espèce d’abeilles sauvages, dont une qui lui est spécifiquement liée : l’andrène de la bryone. Cette andrène est probablement l’une des abeilles sauvages les plus spécialisées sur une plante le plus souvent peu abondante localement. La distribution géographique de cette espèce est très étendue, mai elle est centrée sur les zones les plus méridionales de l’Europe, l’Afrique du Nord et le Proche-Orient. On la trouve cependant jusqu’aux Pays-Bas, mais elle n’atteint pas la Scandinavie, ni les pays d’Europe du Nord-Est, comme la Pologne, la Biélorussie et l’Ukraine. 

andrène de la bryone

Description 

Les femelles de l’andrène de la bryone sont de taille moyenne et présentent une courte pilosité brunâtre sur le thorax et brun-jaune sur la tête. Leur abdomen est glabre, et sa cuticule généralement très sombre contraste avec les zones rouges orange plus ou moins étendues qui marquent les deux premiers tergites. Cette coloration caractéristique e l’abdomen se rencontre aussi chez certaines autres andrènes. Les mâles ressemblent aux femelles, à ceci près que la pilosité de leur thorax peut rapidement s’éclaircir et tendre vers le blanc. La cuticule de leurs pattes (tibias et tarses) est uniformément noire, contrairement à celle d’autres andrènes, qui peut être au moins partiellement orangée, comme chez l’andrène à cul rouge. 

 

Biologie et écologie 

Comme toutes les andrènes, cette espèce fait don nid dans les sols meubles. La femelle creuse une galerie principale de 10 cm de long environ et y aménage jusqu’à une dizaine de cellules dans lesquelles se développe la nouvelle génération, à raison d’une larve par cellule. Les nids sont généralement dispersés ans l’environnement, mais on peut occasionnellement observer la formation de petites bourgades. L’andrène de la bryone est une espèce commune dans les parcs et les jardins, ainsi que dans les milliers agricoles ou en lisière forestière, partout où sa plante hôte est installée.

Plantes visitées 

L’andrène de la bryone est dans nos régions l’une des abeilles sauvages les plus spécialisées du point de vue alimentaire : elle est très intimement liée à la bryone dioïque, mais pourrait visiter la bryone dioïque (Bryonica dioica), voire le concombre d’âne (Ecballium elaterium), qui appartiennent également à la famille des cucurbitacées. Les femelles et les mâles peuvent occasionnellement visiter d’autres plantes à fleurs, mais essentiellement pour la récolte de nectar.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les andrènes, leurs particularités et comment les repérer, nous vous invitons à vous tourner vers le livre « Abeilles sauvages » écrit par Nicolas Vereecken et Bernhard Jacobi. 

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
paiements_securises Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
livraison_express Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
customer_service Service client
À vos côtés 7j / 7 !
satisfait_rembourse Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,