L’andrène cendrée

Les premiers jours du mois d’avril voient l’émergence d’une abeille sauvage aux tons noirs et blancs particulièrement remarquable : l’andrène cendrée. Cette espèce est très largement distribuée en Europe, sauf aux extrêmes sud et nord. On la trouve également en Asie centrale et au Proche-Orient. En Europe centrale et orientale, notamment en Grèce, elle est remplacée par Andrena danuvia, une espèce très proche avec laquelle elle peut être confondue. Elle est très souvent présente dans les parcs et jardins, jusqu’au coeur de nos villes, où les petits monticules de terre plus ou moins rassemblés marquant l’entré »e des nids au lin des zones de nidification dans le sol ont régulièrement remarquées par le passants. Les populations sont relativement stables sur l’ensemble de son aire e distribution géographique. 

andrène cendrée

Description 

Cette abeille présente des poils gris clair sur le dessus de la tête et u thorax, qui contrastent très nettement avec la bande noire qui traverse le thorax au niveau du point d’insertion des ailes. Elle a l’abdomen d’un noir intense avec des reflets bleus, et les pattes es femelles sont uniformément noires, y compris la brosse de récolte. C’est la seule andrène relativement commune qui présente cette allure. Les mâles apparaissent une semaine ou deux avant les femelles et sont moins contrastés : leurs pattes présentent es poils gris cendrés, et la bande noire traversant le thorax est pratiquement inexistante. 

 

Biologie et écologie 

Comme toutes les andrènes, cette espèce fait son nid dans les sols meubles. La femelle creuse une gallérie principale de 10cm de long environ et y aménage jusqu’à une dizaine de cellules dans lesquelles se développe la nouvelle génération, à raison d’une larve par cellule. Les nids sont discrets et creusés dans l’herbe ou ans les talus. Même si l’on observe chaque année quelques grands rassemblements de nid individuels (les bourgades) dans les pelouses des parcs et jardins, notamment en France et au Royaume-Uni, ils demeurent assez rares. 

 

Plantes visitées

L’andrène cendrée visite une grande diversité de plantes à fleurs sauvages et cultivées. On la rencontre sur les fleurs communes du printemps, comme les pissenlits, les scilles et les jacinthes, l’alliaire officinale, ou encore sur les fleurs de l’aubépine, du buisson ardent et des arbres fruitiers, tels que les pommiers et les pruniers. Sa prédilection pour les brassicacées fait de l’andrène cendrée un pollinisateur précieux pour les cultures de colza.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les andrènes, leurs particularités et comment les repérer, nous vous invitons à vous tourner vers le livre « Abeilles sauvages » écrit par Nicolas Vereecken et Bernhard Jacobi. 

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
paiements_securises Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
livraison_express Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
customer_service Service client
À vos côtés 7j / 7 !
satisfait_rembourse Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,