L'andrène de la knautie

Fin mai, dans les prairies sèches (prairies mésophiles, pelouses sèches), on peut observer une abeille sauvage nettement plu grande que l’abeille domestique : l’andrène de la knautie. Cette andrène se distingue par un thorax noir presque glabre, un abdomen noir plus ou moins marqué de rouge-orange à la base. Certains individus sont très rouges, ‘autres sont totalement mélaniques, et, bien que des études complémentaires soient nécessaires pour préciser le phénomène, il semble que la proportion locale de ces deux formes dépend de facteurs climatiques (température, humidité). Cette abeille très spécialisée est en régression dans de nombreux pays - elle est presque menacée en Europe - en raison de la disparition des prairies sèches et de ses plantes de prédilection. 

andrène-de-la-knautie

Description 

 

La pilosité de l’andrène de la knautie et peu développée par rapport à celle d’autres andrènes. Comme chez toutes les andrènes, la tête de la femelle est ornée de deux fovéa, bandes verticales de poils blancs très courts dans une dépression longeant la marge intérieure des yeux. L’abdomen des femelles présente une brosse terminale dorée similaire à la pilosité des brosse à pollen sur les tibias postérieurs (doré pâle en dessous, fauve pâle au-dessus). Les brosses de récolte remplie de pollen sont d’un spectaculaire rose vif. Les mâles sont facilement reconnaissables à la tache blanche qui orne leur face, entre leurs antennes et leur bouche. 

 

Biologie et écologie 

 

Localiser les nids de cette abeille sauvage n’est pas chose aisée, car les femelles ont l’art de les dissimuler au coeur de la strate herbacée. Les nids sont creusés dans des sols meubles, le plus souvent dans des talus ou dans des sols légèrement en pente. Cette espèce ne forme qu’exceptionnellement des agrégations dans de nids. Selon des études réalisées en Suède en 2010, ce serait une piètre colonisatrice, ce qui n’est pas sans poser de problème dans le cadre de la restauration de ses habitats.

Plantes visitées 

 

L’andrène de la knautie, appelée aussi « andrène de la scabieuse », ne récolte le pollen que des knauties et des scabieuses, sauvages et cultivées. Ses noms communs sont donc quelque peu trompeurs, puisqu’elle ne visite ni uniquement les knauties, ni uniquement les scabieuses. Pour récolter le nectar, mâles et femelle visitent également le fleurs d’autre plantes, comme les centaurées. Des études réalisées en Suède en 2005 ont démontré que l’andrène de la knautie est un meilleur pollinisateur pour la knautie des champs (Knautia arvensis) que ‘autres abeilles généralistes qui fréquentent les même milieux.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les andrènes, leurs particularités et comment les repérer, nous vous invitons à vous tourner vers le livre « Abeilles sauvages » écrit par Nicolas Vereecken et Bernhard Jacobi. 

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
paiements_securises Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
livraison_express Livraison rapide
Expédition & Livraison rapide
customer_service Service client
À vos côtés 7j / 7 !
satisfait_rembourse Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,